Fermer

Les règles

Bordeaux, ville test pour de nouvelles règles !

Jokers et Jackpot au banc d’essais Bordelais

Concocté pour la Fédération Internationale de Motocyclisme (FIM) par le sorcier des parcours Indoor Bernard Estripeau, cette formule inédite a été testée sur cinq épreuves internationales — dont Bordeaux — avant d’être déployée dans sa version définitive lors du Championnat du Monde. Une aubaine pour les pilotes du « X-TRIAL Bordeaux International Tour 2018 », tous engagés dans le championnat du monde de X-Trial.
Vous avez pu assister à cet exceptionnel banc d’essais !

La bataille a été grandiose et le spectacle à couper le souffle car le vainqueur n'a pas été le «moins maladroit » des meilleurs pilotes du monde, mais celui qui, dans le respect du temps imparti, a réalisé la plus belle combinaison entre difficultés, technicité et spectacle.

Libres de franchir chaque zone selon une trajectoire et une vitesse choisies et forts des deux jokers que constituent leurs deux moins bons franchissements, les compétiteurs ont donné le meilleur de leur pilotage pour décrocher le jackpot. Au guidon de leur bolide, certains se sont lancés tout en force ou en souplesse à l’assaut d’une trajectoire hyper périlleuse pleine de double marches et de tchick-tachack au bord de la rupture, d’autres ont tenté le tout pour le tout avec une wheelie hyper rapide sur une trajectoire moins périlleuse, d’autres enfin se sont fait un honneur de ne jamais mettre un pied à terre tout en tutoyant l’impossible.

Un Trial Indoor est disputé en deux manches. Le nombre de pilotes participant au spectacle est limité à 6. Ils peuvent être assistés d’un "suiveur" dont l’aide est précieuse pour la sécurité du pilote notamment lors des chutes.

A chaque tour, les pilotes disposent de 6 minutes pour parcourir les cinq zones thématiques et franchir leurs 4 ou 5 obstacles sans chuter ni poser le pied à terre. Ces zones sont ensuite franchies dans le sens inverse au deuxième tour. 

Sur la sixième zone de « speed dual », les concurrents s’affrontent deux à deux pendant une course de vitesse. Le plus rapide obtient le zéro tant espéré, tandis que le second est pénalisé d’un point. Les pieds à terre sont pénalisés au même barème que dans les autres zones.

  • Premier tour

Au premier tour, chaque pilote effectue seul les 5 zones du circuit. L’ordre de passage est déterminé par le classement général (classement inverse) : le premier au général part en dernier lors du contest, le dernier du général part en premier. Il dispose de 6 minutes. Au-delà, le pilote est pénalisé de 1 point par minute. 

  • Second tour

Au second tour, les quatre meilleurs pilotes du premier tour partent ensemble sur le circuit. Ils évoluent dans l’ordre inverse du classement du 1er tour. Ils franchissent d’abord la zone N°1 et enchaînent ensuite les 4 zones restantes de la même façon.  

La vitesse reste un critère majeur — avec 5 minutes maximum pour franchir l’intégralité des cinq zones du parcours — mais chaque pilote est désormais libre de répartir ce temps entre les différentes zones comme il le souhaite.

La notation fait également peau neuve. Les points sont toujours attribués à chaque franchissement de zone — avec un maximum de 20 points par zone — mais aux pénalités pour fautes (pied posé ou chute), s’ajoutent désormais les bonifications pour prises de risques et difficultés engendrées, sauts et gestes spectaculaires. Au bord de la piste, trois juges sont chargés de noter les franchissements selon l’un de ces critères.

Enfin si le déroulement de l’épreuve se fait toujours en deux manches, seuls les trois meilleurs franchissements de chaque manche sont retenus pour le calcul de la note finale des pilotes.